Sept amateurs d’art, envisageant avant tout l’art comme un projet de partage, organisent dès ce samedi une première exposition « à la maison » autour de l’artiste Gil Garnier. Une exposition prometteuse mettant en lumière un peintre haut en couleur.

K.A.L.M. – abréviation de « Kom A La Maison »  – revendique explicitement un modèle hors norme et son invitation pique notre intérêt. L’idée de pouvoir s’approprier les œuvres et d’échanger des idées, autour d’un café, dans une maison typiquement bruxelloise, réunit de bonnes conditions pour découvrir et apprécier des œuvres de façon plus familière et détendue, comme si nous étions à la maison.

Hors des chemins battus

Faire de son lieu de vie un musée ou une galerie vivante n’est pas chose commune. Cependant, devenant un espace de partage et de création, une maison où l’on expose en tire son avantage et mute en un endroit expérimental propice aux œuvres qui « s’expriment ».

Certes le concept n’est pas neuf dans la capitale, mais il séduit encore aujourd’hui : la galeriste et amatrice d’art contemporain et de design, Astrid Chaffringeon, propose depuis quelques mois ses Chantier(s) Art House dans son propre salon à Ixelles ; et les collectionneurs, Myriam et Amaury de Solages, tiennent un centre d’art où divers accrochages défilent depuis six ans dans la Maison Particulière du quartier du Châtelain. De larges canapés confortables invitent à se détendre et à prendre le temps d’être au plus près des œuvres. Nous aimons cet aparté calme et délicat qui permet aux visiteurs de raconter l’œuvre dans le détail et de rencontrer artistes ou amateurs d’art de façon conviviale. Et nous espérons bien retrouver cette atmosphère intimiste et les discussions passionnées dans le salon cosy de ce premier événement de K.A.L.M.

Lindsay Roels

Du 2 avril jusqu’au 15 avril 2016

26 rue Lens 1050 Bruxelles

http://www.quefaire.be/exposition-k-a-l-m-1er-688859.shtml