‘En 1970, Paul Delvaux participait au parcours d’artistes de Tourinnes …’

                                                                                                                                   Didier Cloos

 

Les Fêtes de la Saint-Martin – créées en 1965 par le céramiste Max Van der Linden – accueillent chaque année en novembre plus de 25 000 visiteurs. Pour sa 49e édition, les expositions OFF du parcours d’artistes de Tourinnes-la-Grosse (commune de Beauchevain) propose 188 artistes répartis sur 99 lieux.

Entretien avec Didier Cloos, président de l’ASBL Les Amis de Tourinnes.

Quelles sont les particularités du plus ancien parcours d’artistes ?

Les notions de rencontre et de partage caractérisent les Fêtes de la Saint-Martin. Pour les expositions ‘OFF’, nous insistons sur la présence des artistes. La possibilité de comprendre la technique ou la signification artistique des œuvres présentées est  ainsi offerte aux visiteurs.

Le parcours d’artistes de Tourinnes, c’est aussi l’occasion de faire une ballade culturelle à travers les richesses du patrimoine architectural local. Les visiteurs variés (familles ou amateurs d’arts avisés) ont accès à des domaines privés. Ils découvrent une exposition, mais aussi le lieu qui l’abrite.

Enfin, nous profitons d’un écho très positif en raison du caractère pionnier mais aussi quantitatif et qualitatif du premier parcours d’artistes en Belgique. J’ai croisé des artistes habitués à participer à d’autres parcours d’artistes en Walonnie ou à Bruxelles. Ils pensaient devoir faire 4 à 5 éditions avant de pouvoir venir exposer à Tourinnes…

Quelles sont les grandes lignes de votre programmation?

Au niveau du parcours d’artistes, il n’y a aucune sélection artistique. La seule condition pour participer est de trouver un lieu pour exposer. La diversité et l’éclectisme des œuvres présentées est donc pleinement assumée. La notion de qualité artistique étant excessivement subjective, nous avons choisi de permettre aux plus grands nombres d’exposer.

Nicolas Laugero Lasserre est le commissaire des expositions ‘IN’. Collectionneur passionné de Street Art, Nicolas propose, sur le thème de ‘l’art dans la rue’, un ensemble d’expos et d’œuvres réalisées in situ par divers graffeurs et street artists de renommée internationale.

Pourquoi avoir fait cette nuance entre les expositions ‘IN’ et les ‘OFF’ ?

Quand Max Vander Linden inaugurait, en 1965, la première édition du parcours d’artistes de Tourinnes, il n’y avait pas de ‘OFF’ ou de ‘IN’. Les artistes présents au parcours d’artistes étaient alors Paul Delvaux, Pierre Caille, Roger Somville ou Jean-Michel Folon… Si leur niveau de notoriété n’égalait pas celui atteint aujourd’hui, il était déjà important. En 1970, les grands artistes de l’époque venaient donc déjà exposer à Tourinnes et le parcours d’artistes faisait office d’exposition ‘IN’.

Lorsque je suis devenu président de l’ASBL Les Amis de Tourinnes, en 2008, le parcours d’artistes – depuis le décès en 1999 de son fondateur Max Vander Linden – ne jouissait plus d’une visibilité suffisante. Nous étions considérés uniquement au niveau local. Il devenait difficile d’obtenir une couverture médiatique nécessaire et intéressante. J’ai donc décidé d’organiser des expositions ‘IN’ dont l’objectif principal était d’attiser l’intérêt et la curiosité des journalistes culturels pour accroître notre visibilité.

Cette année, les expos ‘IN’ sur le thème du Street Art ont parfaitement rempli ce rôle. Les chiffres de fréquentation sont d’ores-et-déjà en forte augmentation par rapport à l’année dernière. Nous enregistrons plus de 10000 visiteurs chaque week end. Nous avons déjà largement dépassé les 25.000 visiteurs alors qu’il reste encore un week-end.

Si vous deviez retenir une anecdote propre aux parcours d’artistes ?

Je ne retiens pas une anecdote mais plutôt un regard. Le regard du visiteur qui, marqué par l’émotion, face au travail d’un artiste est amené à changer sa perception des choses.

J’ai la joie de vivre ses moments intenses.

Entretien Boris Rodesch

http://tourinnes.be